Histoire de la JAGUAR Type E

Un demi-siècle de longs capots

Depuis la création de la marque JAGUAR, Le génial Sir William LYONS prend plaisir à multiplier les surprises. Lorsqu’elle apparait en 1961, la superbe Type E est une petite révolution. Plébiscitée et adulée pour ses multiples qualités, elle va rapidement prendre une grande place dans le petit monde des automobiles sportives. Vaillante et longtemps améliorée, elle restera au catalogue à travers 3 séries distinctes jusqu’à son tardif remplacement par la très différente série XJS.


En 2011, la superbe Type E fête ses 50 ans. Toujours aussi belle et performante, elle mérite plus que jamais un hommage sur toutelauto. En juillet, les propriétaires passionnés ne manqueront pas de fêter dignement le demi-siècle de la belle à travers une exceptionnelle concentration à Silverstone (infos en bas de page). En attendant, revenons en détail sur son histoire et sur ses évolutions.

Genèse

En 1957, le coupé XK 150 est lancé. Pas de révolution au niveau de la robe. A part quelques détails de style, on reconnait sans mal la petite dernière de la longue lignée des XK 120 et XK 140. Si la carrosserie ne présente pas une énorme rupture avec les modèles précédents, un certain nombre d’évolutions techniques de taille sont toutefois présentes. La XK 150 S étrenne le fameux bloc 3.8 L et profite de 4 freins à disques. Mais la nouveauté n’est pas là où on l’attend. Le génial William LYONS ne se contente pas d’une belle évolution de ses XK, il prépare en secret une vraie révolution, une voiture de sport entièrement nouvelle.

Le lancement

Salon de GENEVE 1961, la toute nouvelle JAGUAR Type E est présentée. Cet OVNI en rupture totale avec le style grand tourisme habituel de la marque fait sensation. La presse s’affole et le public n’en revient pas.



Un des ingrédients du succès réside certainement dans le prix de la Type E. Lancée moitié moins chère qu’une FERRARI avec des performances équivalentes, chacun se projette dans une auto dont il pourrait presque être propriétaire. La Type E est donc immédiatement adoptée dans le cœur des passionnés.

Dans les années 60, on trouvait dommage que la marque ne sache pas assez s’inspirer des carrosseries de ses modèles de courses sur ses autos de série. Certains retrouveront enfin dans la Type E quelque chose de la fabuleuse Type D.


Dans les entrailles de la bête, la Type E est totalement nouvelle et différente. Malgré le caisson tubulaire que l’on aperçoit à l’ouverture du superbe capot avant, la Type E dispose bien d’une caisse autoporteuse. Les tubes du compartiment moteur servent simplement à créer une structure pour encadrer le moteur et supporter l’énorme capot (qui s’ouvre d’un seul tenant vers l’avant) et ne constitue donc pas une aide réelle à la rigidité de la caisse.




La Type E possède aussi 4 roues indépendantes équipées chacune de leur frein à disque. « INBOARD » à l’arrière, les disques de freins se retrouvent au centre de l’auto, de part et d’autre du différentiel. La place dégagée permet d’intégrer 4 amortisseurs, ce qui offre à la Type E une suspension arrière inédite, et qui lui vaudra longtemps des éloges en matière de tenue de route.




Les moteurs

Avec son 3.8L qui sera bientôt réalésé à 4.2L (en 1964), la Type propose des performances époustouflantes. 240km/h en pointe grâce à quelques 265ch SAE à disposition.

Le gros 6 cylindres « double arbre » respire à pleins poumons grâce à une rangée de 3 carburateurs SU. Grâce à son augmentation de cylindrée, le couple passe de 38.6 mkg à 42 mkg. Largement diffusée aux Etats-Unis, la Type s’adaptera bientôt aux nouvelles normes de pollution et troquera ses 3 carbus pour 2 STROMBERG « dépollués ». Dans ce cas, seuls 170ch restent à disposition.

Avec son évolution à 4.2L, la belle en profitera aussi pour adopter une boite de vitesse entièrement synchro. La dernière série recevra enfin un gros V12 de 5.3L.

Les Séries et leurs particularités

  • Série 1 (1961 – 1968)

Les collectionneurs affutés sont souvent à la recherche de la Série 1. Certes elle est un peu moins facile à utiliser que les versions les plus ressentes, mais elle dispose de signes distinctifs très glamours. Les globes sur les phares sont par exemple du plus bel effet.

A l’intérieur, les petits sièges baquets manquent de réglages mais sont d’une beauté singulière. Travaillé à la main, le tableau de bord et ses boutons « type aviation » profite d’une superbe couverture en alu bouchonné.

Dès 1964, des sièges inclinables beaucoup plus confortables seront installés et le tableau de bord perdra son aluminium pour du vinyle. Pour promener toute la famille, la Type E s’allonge et accueil 4 places.

  • Série 2 (1968 – 1970)

Les bulles de phares sont abandonnées, dommage… . Des pare-chocs plus gros permettent encore et toujours à l’auto de s’adapter au marché américain. Sur la série 1, le plus gros problème concernait la surchauffe du moteur. Le capot de la série 2 reçoit une ouverture plus prononcée. Avec l’adoption d’un énorme radiateur et de deux ventilateurs, l’auto est beaucoup plus à son aise dans les grandes villes.

  • Série 3 (1970 – 1975)

La Type E reçoit le gros V12 de 5.3L. Rebelote pour le manque de refroidissement qui malgré une calandre sans cesse agrandie (et pas embellie) ne sera jamais suffisant. Elle sera uniquement disponible en 2+2. La boite auto nécessitant un peu de place, seul l’empâtement long est utilisable. Les freins sont des GIRLING ventilés.

En 1974, les coupés sportifs sont modernes et « carrés ». La Type E fait un peu désuète et une remplaçante serait la bienvenue. Le V12 est difficile d’entretien et JAGUAR va entrer dans une période jalonnée de problèmes de fiabilité.



La toute nouvelle XJS point le bout de son nez en 1975. Très différente dans le style, elle ne convaincra pas la même clientèle et « laissera sur la route » de nombreux passionnés déçus. Basée sur un châssis d’XJ, cette dernière n’aura plus grand chose de sportif et se contentera de jouer les coupés cossus.

Jamais vraiment remplacée, la TYPE E restera un symbole dans le cœur des amateurs. On se rappellera longtemps du « feu d’artifice » qu’avait été sa sortie et d’une formidable GT qui dispose encore de performances très actuelles.

Pour fêter l’événement des 50 ans, plusieurs propriétaires de Type E se réuniront à l’occasion du Silverstone Classic 2011 sur le circuit du même nom. La fête se déroulera du 22 au 24 Juillet 2011 où plus de 1000 unités seront rassemblées.

Les principaux liens de Type E:

www.xkedata.com —– Recenser votre auto, partager des infos sur les pièces…

www.jaguarexperience.com —– Forum complet des passionnés de Type E

xxx.e-typeclub.com —– Club international des possesseurs de Type E




Sur le même thème

  1. Anniversaire : les 75 ans de JAGUAR
  2. JAGUAR Concept C-X75
  3. JAGUAR XJ 2010, la nouvelle LADY en photos
  4. ASTON MARTIN DB4 GT ZAGATO 1960
  5. Anniversaire : les 50 ans de la RENAULT 4 en 2011

Une réponse à to “Histoire de la JAGUAR Type E”

  • peter:

    Bonjour,
    le problème exposé est le suivant:
    Jaguar type E V12 2+2 serie 3 1972 boite auto
    retour de flammes aux 2 carburateur côté Gauche et flammes à l’échappement du même côté.
    bien entendu, les 4 carburateurs ont été révisés (kit joints et pointeaux) synchro effectuée
    lorsque je mets les gaz, le moteur se met à claquer en retours de flammes
    l’arbre à cames côté Gauche ne serait-il pas hs ?

    merci de vos remarques

Laisser un commentaire

Edito
"L'auto de week-end". les passionnés connaissent bien cette expression. Qu'elle soit de sport, ancienne ou tout simplement spéciale à nos yeux, nous aimons nous mentir à nous-même et dire de notre auto-plaisir qu'on l'utilise tous les week-end. A bien y réfléchir, en plus des jours de repos, nos autos doivent souvent attendre la belle saison pour avoir réellement le droit de sortir un peu. Quand l'hiver arrive, on sait d'expérience qu'une inévitable hibernation mécanique va commencer, et çà rend un peu triste.

Mais cette année le calendrier se bouscule pour maintenir notre moral au beau fixe. EPOQU'AUTO, GENEVE, RETROMOBILE, LE MANS CLASSIC, un programme chargé de surprises pour surmonter l'hiver tout en douceur.

Au plaisir de vous y croiser

Anciennes & Collection
Moteur TROUVAUTO
Avec notre partenaire GTLIENS.com
Les Partenaires
La boutique TTA
Les Petites Annonces