Nouvelle (non LANCIA) STRATOS 2010

La quintessence du revival

La photo est un peu floue. Le soleil se couche. Sur une piste en terre ocre perdue au milieu des arbres, surgit en furie, les « 4 fers en l’air », une Lancia STRATOS avec les phares allumés. C’est l’image que j’ai en tête de cette automobile si singulière, que tout bon écolier de ma génération se devait d’avoir en poster sur le mûr de sa chambre. Grâce à la passion d’une famille, la célèbre STRATOS se prépare à réapparaître dans une version très actuelle.

Genèse : En 1970, la maison BERTONE présente une étude des plus originales. Chef d’œuvre du « Maître » GANDINI, ce « crapaud » d’à peine 1.10 mètres de hauteur ne créait pas immédiatement le coup de foudre. Le Responsable compétition de chez LANCIA se penchera tout de même très vite sur son cas, et l’auto rencontrera vite le succès que nous lui connaissons.

D’abord équipée du V4 de la FULVIA, la STRATOS adoptera très vite le V6 DINO. Grâce à son

empattement réduit, son châssis est très joueur. Avec sa « bouille » et ses performances, la STRATOS sera la star des rallyes pendant une dizaine d’années.
En 1979, la maison LANCIA décide de réduire les budgets compétition au profit de la FIAT 131 Abarth.

La New Stratos

Au milieu des admirateurs, une personne vibrait plus que les autres. Pilote et collectionneur averti, MICHAEL STOSCHEK est aussi un entrepreneur à succès. Il se consacre depuis 2008 au développement de son rêve un peu fou : construire une version moderne de la STRATOS.

En 2008, il se rapproche de PININFARINA. Le designer commence alors la fabrication de l’auto dans ses ateliers. Le cahier des charges est très simple : changer le minimum de choses par rapport à la version originale.

En parallèle, Michael STOSCHEK achète les droits de la marque « STRATOS ».

Le résultat est merveilleux. Tout ce qui donne à la STRATOS son style si particulier est conservé. Même le dessin des jantes d’époque et repris et modernisé. Le pare-brise façon visière de casque, les ailes bodybuldées et l’arrière abrupte avec ses deux jolis feux ronds, tout y est !

S’il est impossible de ne pas la reconnaître, la belle adopte tout de même les codes de son époque. Les phares escamotables sont remplacés par de petits optiques vitrés du plus bel effet. Ces derniers sont épaulés par deux barrettes de LED fixées sur le bouclier.
Si elles rappellent le dessin des roues originales, les nouvelles jantes sont en revanche beaucoup plus grosses et les ailes sont ainsi parfaitement remplies.

La NEW STRATOS est basée sur un châssis de FERRARI F430 raccourci. On ne sait pas à ce jour quel moteur elle utilise. L’option FERRARI serait assez logique.
Une chose est sûre, la structure est entièrement en carbone et le rapport poids/puissance sera de 2.25kg/cheval. En gros si elle pèse 1200kg, la puce aura 500ch à disposition.
Les premiers essais sont éblouissants. Avec sa répartition idéale du poids, la nouvelle STRATOS est toujours aussi joueuse.

L’idée de départ était de faire revivre une légende à travers un modèle unique. Aujourd’hui et devant l’engouement que déclenche son annonce, Michael STOSCHEK n’exclue pas la production d’une petite série de 25 unités. La nouvelle STRATOS sera présentée en France en Novembre. Nous vous tiendrons au courant des caractéristiques techniques dès qu’elles seront dévoilées.

http://www.new-stratos.com/

empattement réduit, son châssis est très joueur. Avec sa « bouille » et ses performances, la STRATOS sera la star des rallyes pendant une dizaine d’années.
En 1979, la maison LANCIA décide de réduire les budgets compétition au profit de la FIAT 131 Abarth.

La New Stratos

Au milieu des admirateurs, une personne vibrait plus que les autres. Pilote et collectionneur averti, MICHAEL STOSCHEK est aussi un entrepreneur à succès. Il se consacre depuis 2008 au développement de son rêve un peu fou : construire une version moderne de la STRATOS.

En 2008, il se rapproche de PININFARINA. Le designer commence alors la fabrication de l’auto dans ses ateliers. Le cahier des charges est très simple : changer le minimum de choses par rapport à la version originale.

En parallèle, Michael STOSCHEK achète les droits de la marque « STRATOS ».

Le résultat est merveilleux. Tout ce qui donne à la STRATOS son style si particulier est conservé. Même le dessin des jantes d’époque et repris et modernisé. Le pare-brise façon visière de casque, les ailes bodybuldées et l’arrière abrupte avec ses deux jolis feux ronds, tout y est !

S’il est impossible de ne pas la reconnaître, la belle adopte tout de même les codes de son époque. Les phares escamotables sont remplacés par de petits optiques vitrés du plus bel effet. Ces derniers sont épaulés par deux barrettes de LED fixées sur le bouclier.
Si elles rappellent le dessin des roues originales, les nouvelles jantes sont en revanche beaucoup plus grosses et les ailes sont ainsi parfaitement remplies.

La NEW STRATOS est basée sur un châssis de FERRARI F430 raccourci. On ne sait pas à ce jour quel moteur elle utilise. L’option FERRARI serait assez logique.
Une chose est sûre, la structure est entièrement en carbone et le rapport poids/puissance sera de 2.25kg/cheval. En gros si elle pèse 1200kg, la puce aura 500ch à disposition.
Les premiers essais sont éblouissants. Avec sa répartition idéale du poids, la nouvelle STRATOS est toujours aussi joueuse.

L’idée de départ était de faire revivre une légende à travers un modèle unique. Aujourd’hui et devant l’engouement que déclenche son annonce, Michael STOSCHEK n’exclue pas la production d’une petite série de 25 unités. La nouvelle STRATOS sera présentée en France en Novembre. Nous vous tiendrons au courant des caractéristiques techniques dès qu’elles seront dévoilées.

http://www.new-stratos.com/

Sur le même thème

  1. JAGUAR XJ 2010, la nouvelle LADY en photos
  2. Nouvelle MERCEDES CLS 2
  3. LEXUS LF-A
  4. Nouvelle LOTUS Elise 2011
  5. Nouvelle CITROEN DS4

Laisser un commentaire

Edito
"L'auto de week-end". les passionnés connaissent bien cette expression. Qu'elle soit de sport, ancienne ou tout simplement spéciale à nos yeux, nous aimons nous mentir à nous-même et dire de notre auto-plaisir qu'on l'utilise tous les week-end. A bien y réfléchir, en plus des jours de repos, nos autos doivent souvent attendre la belle saison pour avoir réellement le droit de sortir un peu. Quand l'hiver arrive, on sait d'expérience qu'une inévitable hibernation mécanique va commencer, et çà rend un peu triste.

Mais cette année le calendrier se bouscule pour maintenir notre moral au beau fixe. EPOQU'AUTO, GENEVE, RETROMOBILE, LE MANS CLASSIC, un programme chargé de surprises pour surmonter l'hiver tout en douceur.

Au plaisir de vous y croiser

Anciennes & Collection
Moteur TROUVAUTO
Avec notre partenaire GTLIENS.com
Les Partenaires
La boutique TTA
Les Petites Annonces