L’histoire du RANGE ROVER

40 ans qu’il « roule sa bosse » en roulant sur les bosses

Oui il a bien 40 bougies; non il ne possède pas encore un V10 à quadruple allumage. On parle bien des bougies que l’on trouve sur les gâteaux d’anniversaire. Dans 2 jours (et 40ans plus tôt), le célèbre RANGE sera dévoilé à la presse. Nul ne se doute alors de l’immense succès qu’il rencontrera, et surtout de la référence qu’il deviendra dans le domaine du 4×4 de luxe. Pour marquer l’événement, toutelauto vous propose un petit tour à travers son histoire.

Imaginez en 1960 ce qu’on pouvait penser d’un 4×4 luxueux. Cela reviendrait à peu prêt à parler aujourd’hui d’une Supercar low cost. Et pourquoi pas un monospace en formule 1 tant qu’on y est ?

Cette idée folle pour l’époque était partie de l’énorme engouement que connaissait le Land Rover. Nombreux étaient les propriétaires qui en avaient fait leur véhicule principal. Malgré sa bouille intemporelle, il faut bien reconnaître que le LAND n’est pas un modèle de souplesse et qu’il est parfois bien difficile de le comparer à autre chose qu’un utilitaire.
Pour autant, ses capacités de franchissement sont sans égal, et il était évident qu’il ne fallait pas sacrifier les aptitudes à l’agrément. On a d’abord bricolé des prototypes sur base de LAND qui ne sont Dieu merci jamais sortis. La gestation a pris un certain temps, et le patronyme final du concept est resté très secret jusqu’au bout.

Le 17 Juin 1960, la BRITISH LEYLAND présente enfin son RANGE ROVER à la presse.

40 ans plus tard, on est bien obligé de reconnaître qu’il n’a pas pris une ride. Comme toutes les icônes, le RANGE est intemporel. C’est d’ailleurs seulement ces dix dernières années que se sont accumulées les nouvelles versions.
Doté d’un V8 de 3.5L, le RANGE est glouton mais souple et puissant. Il sera ensuite équipé d’un 2.5L diesel VM d’origine italienne. C’est ce bloc qui commencera à mettre le doute sur la fiabilité de « la bête ». Les culasses fragiles avaient tendance à casser au moindre écart de température, à tel point que le marché de l’occasion était presque devenu difficile pour les diesel. Le VM sera bientôt remplacé par un TDI réputé fiable.
De son côté, la version essence voit bientôt sa cylindrée passer à 3.9L et approcher les 200ch. Dans sa finition VOGUE, le RANGE est un modèle de luxe est de raffinement.

S’il avait été conçu pour les Gentleman Farmer obligés de traverser leurs terres régulièrement, c’est finalement en centre ville ou pour rejoindre les stations de ski que le RANGE sera le plus apprécié.

En 1992, est lancé la version LSE. Le RANGE s’allonge et reçoit un système évolué de suspensions pneumatiques. Il préfigure le nouveau modèle qui reprendra (non sans embûches), cette superbe technologie.
25 ans que le Range n’a pas changé. Cette icône sur laquelle on ne s’autorisait jusqu’ici que d’infimes retouches doit laisser la place à un successeur. En 1994, BMW rachète la marque et lance le « dauphin ».

Le RANGE ROVER II : le P38

Bienvenue au P38, surnommé « Pête » par les aficionados. Assez proche au niveau du style, le P38 fait tout de même franchir au Range une étape au niveau du luxe intérieur et de l’agrément. Vitrine d’une technologie pas encore très maîtrisée, le Range est entièrement piloté par ordinateur.

Doté de nombreux ECU, tout ou presque des accessoires sont gérés par cette centrale capricieuse. Les prix du neuf connaissent un bon en avant et la réputation de fiabilité du RANGE en prend un grand coup. Certains propriétaires surnomment le monstre « la bête à chagrin » mais tous l’adorent.
Outre les petits problèmes électriques, les fameuses suspensions pneumatiques font aussi rapidement parler d’elles. Il n’est pas rare de retrouver son P38 à plat. Beaucoup moins drôle, vous êtes sur l’autoroute tranquillement installé dans un siège profond au cuir épais ; vous savourez un concerto pour violon grâce à l’auditorium Harmann Kardon, quand l’ordinateur de bord détecte soudain une anomalie sur les suspensions pneumatiques. Il met alors la voiture à plat et vous bloque à 55Mph. S’il vous reste 1000km à faire, bon courage.

Le P38 c’était un peu çà. Il faut dire aussi que la côte de ces modèles chutant assez vite, beaucoup ont pu se l’offrir et bien peu ont eu vraiment les moyens de l’entretenir comme il faut.

Grâce à BMW, un 2.5L diesel moderne (celui des 525 tds) était proposé. Un peu juste au niveau de la puissance par rapport au poids de la bête, sa fiabilité sera cependant reconnue. Au rayon des essences, le P38 reçoit au choix un V8 de 4.0L très costaud, ou un V8 4.6L, plus puissant, mais un peu plus fragile.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le RANGE ROVER III : L322

La marque est ensuite revendue au groupe FORD et un nouveau Range voit le jour en 2002: le L322.

Avec un style résolument moderne et de grosses références à la première version, le L322 est une parfaite réussite stylistique.
Développé en grande partie par BMW, nombreux sont les équipements provenant d’allemandes. Les afficheurs de compteurs, le sélecteur de boite auto, les commandes électriques de sièges, l’écran de navigation, on se croirait dans une BM’. C’est propre, solide, agréable à la vue et au touché.

Le suspensions pneumatiques sont toujours présentes, mais les boudins ont cette fois-ci été revus et la fiabilité est au rendez-vous. La partie essence est confiée à un V8 4.4L de 286ch. Le diesel est cette fois le TD6 (idem BMW 530d).
Au niveau du châssis, les ponts sont abandonnés au profit de 4 roues indépendantes. Certains diront que ce n’est plus un vrai 4×4 et « patati et patata ». En attendant ses capacités en franchissement sont époustouflantes et le Range gagne avec ce procédé le confort d’un tapis volant.

En 2005, de nouveaux moteurs d’origine FORD sont installés. Le Range dispose désormais d’un 4.2L SUPERCHARGED avec un gros compresseur. En 2010, un gros restylage est effectué. Le bouclier avant est revu, les phares sont affinés. A l’intérieur, le tableau de bord se perfectionne. Sous le capot, deux nouveaux 5.0L prennent place: un atmo et un compressé. Côté diesel, un bloc TDV8 apporte un agrément indéniable pour un « bateau » de ce poids. Si le Range n’a jamais été bon marché, les tarifs des derniers modèles deviennent stratosphériques.

Le RANGE ROVER est une merveille. On lui doit la belle idée du SUV que la moitié des automobiles d’aujourd’hui n’ont fait que tenter d’imiter.

Bon anniversaire et longue vie au RANGE.

Le Site officiel de la marque : http://www.landrover.com

Le Site des passionnés, le forum le plus actif: http://www.landmania.com

Sur le même thème

  1. Le futur RANGE ROVER HYBRID
  2. LAND ROVER DISCOVERY 4
  3. LAND ROVER LRX
  4. TATA Motors plombé par JAGUAR et LAND ROVER
  5. TOYOTA LAND CRUISER 2010

Laisser un commentaire

Edito
"L'auto de week-end". les passionnés connaissent bien cette expression. Qu'elle soit de sport, ancienne ou tout simplement spéciale à nos yeux, nous aimons nous mentir à nous-même et dire de notre auto-plaisir qu'on l'utilise tous les week-end. A bien y réfléchir, en plus des jours de repos, nos autos doivent souvent attendre la belle saison pour avoir réellement le droit de sortir un peu. Quand l'hiver arrive, on sait d'expérience qu'une inévitable hibernation mécanique va commencer, et çà rend un peu triste.

Mais cette année le calendrier se bouscule pour maintenir notre moral au beau fixe. EPOQU'AUTO, GENEVE, RETROMOBILE, LE MANS CLASSIC, un programme chargé de surprises pour surmonter l'hiver tout en douceur.

Au plaisir de vous y croiser

Anciennes & Collection
Moteur TROUVAUTO
Avec notre partenaire GTLIENS.com
Les Partenaires
La boutique TTA
Les Petites Annonces